Tout a commencé par le constat suivant:

Simultanément à la vue d’une forme colorée, l’œil produit et projette une image, de valeur, de teinte, de nature inverses.
Cette 'image réciproque' a la consistance d’un nuage de vapeur luminescente.
Elle ne peut se confondre avec la matière tangible et palpable du pigment.
Elle apparait subitement ou progressivement, disparait, réapparait ensuite, flotte et dérive sans que l'on puisse l’arrêter.
Instable, mouvante, capricieuse et incertaine, fugace ou persistante, elle double la vision d’éclairs ou de voiles sombres comme une hallucination.
Par son influence, les couleurs s’illuminent ou s’éteignent.
On ne peut l’étudier en dehors du couple lumière et ombre, ni sans observer les rapports des couleurs entre elles, ni même sans s’interroger sur la relation de l’individu au monde, au-delà des significations et des codes.

Le paysage, gorgé d’eau, d’air et de lumière, favorise la perception des couleurs dans leur plénitude.

?Vincent Beaurin, 2017.

Une partie de ce texte est extrait de Spectroscopie, échange entre Domenico de Chirico et Vincent Beaurin, publié dans le magazine Revue, n°3, (Paris, 2017), p.68

Spot, couleurs troubles, 2015
Polystyrène, verre
Ø 71 x 13,5 cm
Unique
Spot, couleurs troubles, 2015
Polystyrène, verre
Ø 71 x 13,5 cm
Unique
Spot, couleurs troubles, 2015
Polystyrène, verre
Ø 71 x 13,5 cm
Unique
Spot, couleurs troubles, 2015
Polystyrène, verre
Ø 71 x 13,5 cm
Unique
Spot, couleurs troubles, 2015
Polystyrène, verre
Ø 71 x 13,5 cm
Unique
Spot, couleurs troubles, 2016
Polystyrène, verre
Ø 71 x 13,5 cm
Unique
Spot, couleurs troubles, 2016
Polystyrène, verre
Ø 71 x 13,5 cm
Spot, couleurs troubles, 2015
Polystyrène, verre
Ø 71 x 13,5 cm
Spot, couleurs troubles, 2015
Polystyrène, verre
Ø 71 x 13,5 cm
Unique
Spot, couleurs troubles, 2016
Polystyrène, verre
Ø 71 x 13,5 cm
Unique
Spot, couleurs troubles, 2016
Polystyrène, verre
Ø 71 x 13,5 cm
Unique
Spot, couleurs troubles, 2016
Polystyrène, verre
Ø 71 x 13,5 cm
Unique